L’activité de construction a dépassé son zénith

Le secteur principal de la construction a crevé le plafond des 20 milliards de francs: les chiffres d’affaires se sont élevés à 20.1 milliards de francs, ce qui correspond à une hausse de 1.2% par rapport à l’année dernière. Cette évolution est due surtout aux affaires réalisées pendant le premier semestre, caractérisé par un temps doux. Au quatrième trimestre, en revanche, les chiffres d’affaires ont baissé de 7.0% à 5.1 milliards de francs. A la fin de l’année, les réserves de travail étaient inférieures de 4.0%. Par conséquent, l’évolution que l’on prévoyait depuis longtemps a été enregistrée; l’activité a dépassé son zénith.

Même si nous tablons sur un recul de l’activité de construction pour 2015, nous ne pronostiquons pas de véritable effondrement de l’activité. Toutefois, la branche ne sera guère en mesure d’égaler les chiffres de l’année écoulée. Le secteur du logement ne stimulera plus l’activité, ce qui touchera surtout les régions touristiques où, après l’approbation de l’initiative sur les résidences secondaires en mars 2012, le délai de grâce a maintenant expiré – un recul massif de la construction de logements devrait s’amorcer prochainement dans ces régions.

Cependant, les effets de la cherté du franc ne seront guère perceptibles en 2015 – dans un proche avenir, la construction sera encore épargnée par le ralentissement conjoncturel. Mais à moyen terme, elle commencera à le percevoir même si, pour l’heure, il est encore difficile d’en évaluer les conséquences. Cette évolution touchera tout d’abord les bâtiments administratifs – secteur solide jusqu’ici – étant donné que dans certaines régions, les unités vacantes sont déjà élevées. (SSE)