Pas de résidences secondaires pour les étrangers?

Aujourd’hui la CEATE-N veut à nouveau interdire aux étrangers sans résidence permanente en Suisse l'achat de résidences secondaires en Suisse ou leurs locations à long terme. La demande sur le marché suisse de l'immobilier ces dernières années a tellement augmenté, que c'est seulement grâce à une relance de la Lex Koller qu’une explosion des prix d'achat et de location peut être évitée.

C’est avec une motion que la CEATE-N veut également veiller à ce que les résidences secondaires puissent être plus fréquemment loué à court terme comme gîtes rural et ainsi diminué le nombre de "lits froids".

Contre position de l’APF
L’association suisse des propriétaires fonciers (APF) défend une position contraire. Elle rejette les contraintes de gestion concernant les résidences secondaires ainsi que de nouveaux impôts. Il doit être possible de réussir à diminuer le nombre de lits froids sans avoir recours à des mesures légales prises par l’état. Il faudrait pour cela amélioré le cadre pour la location de ces logements. Cela signifie en bon français: L’APF veut voir la Lex Koller abroger! Adoptée en 2012, l’initiative sur les résidences secondaires et l'introduction d'une limite de 20 pour cent limitant la construction de résidences secondaires, constituent des restrictions suffisantes pour les propriétaires de résidences secondaires.  En outre, se sont les cantons et les communes qui sont responsable pour la mise en pratique et l’évaluation de telles questions et non pas le gouvernement fédéral.

L’opinion des cantons n’est pas encore connue.  (nge/rey)

(photo: Schulerst, wikimedia commons)